La Brouette : un terreau fertile pour le vivre-ensemble

22
jan

Un bac à l’effigie de la soupe Campbell façon Warhol, un autre aux fleurs monumentales résolument tiki : les jardins urbains présentés l’été dernier par le mouvement citoyen Les incroyables comestibles de Trois-Rivières n’étaient pas juste esthétiques, ils ont été le moteur d’une prise de conscience sans précédent sur l’accessibilité de l’agriculture urbaine. De ce projet citoyen, est né l’OBNL La Brouette qui compte bien conquérir la Mauricie à coup de pelletées de terre et de projets collectifs. Portrait d’une organisation engagée, où fruits et légumes locaux riment avec transformation sociale.

Confortablement attablées au tout nouveau espace Co-working 3R où l’organisme a pignon sur rue, la conversation s’amorce doucement avec Joëlle Carle, co-fondatrice du projet. Elle raconte les projets passés, ceux à venir. Arrive en trombe François Bernier, deuxième acolyte du projet. Il a travaillé toute la nuit, le café va être bon. La table est mise pour un savoureux ping-pong d’échanges sur l’agriculture urbaine, mais aussi sur une façon de vivre plus en phase avec des valeurs sociales de partage et de respect de la nature. On est toutes ouïes.

Les premières pelletées de terre

D’une rencontre citoyenne réunissant près de 60 participants en 2013, naît le projet des Incroyables comestibles de Trois-Rivières. Un terreau qui s’avère fertile pour ce mouvement international né en Angleterre en 2008. Rapidement, le rythme s’accentue : « On s’est mis à être appelés pour beaucoup de projets, ça prenait de plus en plus de place. Heureusement, je suis travailleuse autonome, mais ça occupait les fins de semaine et les soirs. J'ai parfois travaillé 50 heures par semaine uniquement là-dessus et ce, toujours de façon bénévole. », explique celle qui a été propulsée à l’avant-scène de ce projet citoyen. Le déclic n’est pas long à se révéler : « Un besoin existe réellement, les appels fusent de toute part. On s’est dit : il y a de quoi s’en faire une job ! » Et deux plutôt qu’une, à voir les deux comparses qui m’accueillent ce matin.

Ainsi se crée La Brouette, organisme qui tend à développer l’agriculture urbaine mais également un mode de vie écoresponsable. Comment cela s’articule-t-il au quotidien ? « Concrètement, on fait de l’accompagnement. En exemple, on vient de terminer un projet de compostage collectif. Présentement, on travaille sur la rédaction d’un guide de démarrage de potagers urbains. On développe aussi des conférences pour les Bibliothèques de Trois-Rivières et on voudrait offrir une gamme de formations et d'ateliers. En 2015, j'ai d'ailleurs créé le groupe Zéro déchet Mauricie/Centre-du-Québec pour soutenir et conseiller les membres. », d’expliquer celle qui semble étroitement parente avec le lapin d’Energizer. Le tout en parallèle avec les étapes de démarrage de l’entreprise. De quoi donner le tournis !

Vers une réappropriation des collectivités

Demain, de Cyril Dion et Mélanie Laurent, La ferme et son état de Marc Séguin… les appels à un changement social se font nombreux depuis les dernières années… et les citoyens répondent présents. « Les gens sont de plus en plus sensibilisés, si on pense au jardinage, à l’achat local, au zéro déchet ou à l’empreinte écologique, mais ils sont mal outillés. Ils ne savent pas par où commencer, ils manquent de connaissances. Donc c’est un peu dans cette dynamique-là qu’on veut s’insérer pour être capables d’aiguiller les gens vers les bonnes ressources. », ajoute François pour qui l’éducation représente un outil privilégié pour mener à des transformations d’habitudes. « On veut inciter la réflexion. Quand on parle d’agriculture urbaine, c’est se dire qu’on peut cultiver de la nourriture au lieu de la pelouse. À la limite, c’est d’intégrer des plantes comestibles dans ses plates-bandes ou de faire du compostage. », renchérit-il, démontrant la gamme d’actions quotidiennes qui sont à la portée de tous. À bon entendeur…

Pour La Brouette, le geste de mettre les mains dans la terre est donc porteur de significations qui débordent du simple loisir. Pour eux : « Le fait de se mettre à jardiner, ça amène plein de réflexions, de prises de conscience, de changements dans les dynamiques sociales. Les gens se parlent entre voisins, peuvent développer des projets collectifs. Si on s’intéresse au jardinage, on s’intéresse un peu plus à l’environnement, à l’alimentation, à ce qu’on laisse à nos enfants. » Loin de la simple idée de faire pousser des légumes, on parle d’un vaste projet social de réappropriation des espaces urbains par la collectivité. Une invitation à sortir de chez soi, à participer à des actions collectives, citoyennes, pour le bien-être du plus grand nombre. On en vient à rêver de printemps pour prendre le mouvement, chapeau de paille à la main.

L’économie sociale : un choix qui va de soi

L’hésitation quant à la formule juridique de l’organisation a été de courte durée ; la formule de l’OBNL s’étant rapidement imposée comme modèle à privilégier. « Avec les Incroyables comestibles, le but était de faire un projet pour redonner. Donc, on était déjà dans cette mentalité-là de poser des actions pour redonner à la communauté. Par l’engagement social, l’éducation, la sensibilisation, c’est pas mal plus une mission d’OBNL que d’entreprise privée que nous avions en tête. », explique d’un trait Joëlle. Loin de nous l’idée de la contredire.

Ça devient une habitude qui s’impose ; on cède la parole à nos interlocuteurs, car ceux-ci tiennent des propos qui se font la parfaite célébration de notre thématique mensuelle et font place à une vision de l’économie sociale qui résonne fort : « Inévitablement, on est dans un  modèle économique actuellement où on se rend compte qu’il y a des fortes lacunes. Je pense que l’économie sociale devient une belle alternative, et aussi une belle complémentarité, pour consommer autrement, pour agir autrement en tant que citoyen. Je pense que c’est un modèle d’avenir, qui va devenir de plus en plus populaire. Je pense que l’économie sociale va prendre plus de place, amorcer un bon changement. » Tellement !